logo ile de france
header flash
  • L'entrée à l'ensemble des séances et débats du Festival est entièrement libre et gratuite, dans la limite des places disponibles - pas de réservation
  1. Hors compétition documentaires

    AGUAVIVA
    de Jose Luis Panafuerte
    Belgique - 2005 - 52’ - VOSTF
    Aguaviva est le nom d’un petit village espagnol isolé de la région d’Aragon. A l’image de l’Espagne rurale, Aguaviva était destiné à une mort lente et certaine, due au vieillissement de la population et au taux de natalité extrêmement bas, mais aussi à la fuite des personnes actives vers les villes. Le maire d’Aguaviva décide de réagir. Il passe une annonce dans différents pays : «Village espagnol cherche familles candidates à l’immigration».

    Aguaviva is the name of a small, isolated Spanish village in the Aragon region. Like the rest of rural Spain, Aguaviva is facing a slow but inevitable death due to the ageing of its population, very low birthrate and the exodus of people of working age to the cities. The mayor of Aguaviva decided to react and placed an advertisement in a number of countries: “Spanish village seeks families for immigration”.

    AMASOYA
    de Giorgio D’Imperio
    Suisse - 2005 - 52’ - VOSTF
    Qui se méfie du soja ? Fleuron de la nature végétarienne, qui dit soja entend nature, équilibre, santé. Alors quelle surprise de découvrir que ce légumineux fait aujourd’hui souffler un vent dévastateur sur la forêt amazonienne ! Le soja est aujourd’hui l’un des produits les plus utilisés dans le monde, surtout depuis la crise de la vache folle. Il en faut désormais des millions de tonnes supplémentaires, et pour cela, d’immenses champs à cultiver. Où pouvait-on trouver de telles surfaces ? En Amazonie...

    Who’s afraid of soya? The star of the plant kingdom, soya is associated with nature, equilibrium and health. So it comes as quite a shock to discover that the plant is having devastating effects on the Amazonian forest! Soya is one of the most commonly used products in the world, especially since the mad cow crisis. We need millions more tons, which means huge expanses of land on which to grow it. Where can they be found? In Amazonia...

    L’ARBRE AUX ABEILLES
    de Yves Elie
    France - 2005 - 30’
    Depuis bien longtemps, Paul vit dans sa montagne avec les abeilles. Il transmet son goût pour une apiculture antique, inspirée de la nidification spontanée des abeilles dans des arbres creux. Une pratique en osmose avec le paysage et riche en perspectives très contemporaines.

    How an archaic bee-keeping technique, the “hive-tree”, is today proving to harbour potential for sustainable development and valuable genetic resources in mountain regions, ideal for use in developing countries.

    L’ARC D’IRIS
    de Pierre Creton et Vincent Barré
    France - 2006 - 30’
    «Encore des fleurs, encore des pas et des phrases autour de fleurs, et qui plus est, toujours à peu près les mêmes pas, les mêmes phrases ?» Il faut imaginer le film, dans son parcours, son allure, ses haltes, ses aléas. Trois semaines de marche dans l’un des endroits habités les plus hauts du monde, la vallée du Spiti, Himalaya ; des séquences de fleurs cueillies comme un herbier, scandé par la rumeur des villages et le chant des monastères.

    More flowers, more steps and words around the flowers and, what’s more, always mostly the same steps, the same words. You must picture the film’s journey, its pace, its allure, the pauses, the unexpected. A threeweek walk across one of the highest places in the world: the valley of Spiti in the Himalayas; sequences of flowers gathered as for a collection, in the background chanting and the sounds of village life.

    BIBELESKAES
    de Maryam Goormaghtigh et Blaise Harrison
    France/Suisse -2005 - 28’30”
    Bibeleskaes est une lente errance contemplative, un road movie documentaire évoluant au gré du temps et des rencontres pendant un été en province où la chaleur et les vacances semblent avoir suspendues les actions humaines.

    Bibeleskaes is a slow, contemplative journey, a documentary road movie unfolding in harmony with the languor and random encounters of a summer in the provinces, where heat and the holiday period seem to have suspended human activity.

    CAN’T DO IT IN EUROPE
    de Charlotta Copcutt, Anna Weitz et Anna Klara Åhrén
    Bolivie/Chili/Suède - 2005 - 46’ - VOSTF
    Avec son guide Lonely Planet et son sac à dos, le voyageur individualiste cherche à se distinguer des masses de clients des voyages organisés. Can’t Do It In Europe parle de cette espèce particulière de touristes qu’on trouve de plus en plus nombreux dans les endroits les plus reculés du monde. Destination Potosi, en Bolivie, où de vrais mineurs habillés comme au XIXe siècle peinent dans des mines d’argent. Les conditions de travail du XIXe siècle constituent la principale attraction touristique. Cette région est une des plus pauvres d’Amérique latine et espère s’en sortir grâce au tourisme. Mais dans quel but viennent ces visiteurs ? Veulent-ils s’initier à une culture étrangère ou échapper à l’ennui de leur pays en cherchant à se distraire dans cet univers du tiers monde ? Quels sont les conséquences de ce type de tourisme et les sentiments des mineurs sous le regard des touristes ? Ce documentaire soulève de nombreuses questions et présente les principes d’une société de classe mobile et mondialisée : nous voyageons, vous travaillez.

    With a Lonely Planet guide under his arm and a rucksack on his back, the independent traveler insists on distinguishing himself from the masses on their package- holiday deals. Can’t Do It In Europe reports on this sub-branch of the tourist species, which can now be found in increasing numbers in the most remote corners of the world. Destination: Potosi, Bolivia, where real miners in original 19th-century working gear toiling in the silver mines – under 19th-century conditions – happen to be the main tourist attraction. The region is one of the poorest in Latin America and is now hoping that tourism will provide them with an escape from poverty. But what are the intentions of the tourists? Is it about getting to know a foreign culture or about escaping boredom at home by seeking distraction in an underdeveloped part of the world? What are the consequences of this kind of tourism, and how do the miners feel about being watched? This documentary raises many questions and describes the principles of a mobile and globalized class-based society: we travel - you work.

    DEUX SOEURS – Two Sisters
    de Jasna Krajinovic
    Belgique/France - 2006 - 58’ - VOSTF
    Violeta et Vyollca Dukai habitent au sud du Kosovo, près de la frontière avec l’Albanie. Confrontées à un chômage très important dans leur pays depuis la fin de la guerre, les deux soeurs sont devenues démineuses. Cela fait maintenant 6 ans qu’elles se rendent quotidiennement aux champs de mines. La relation unique et très forte qui existe entre elles les aide à surmonter leur peur et à garder l’espoir malgré la précarité de leur situation et les risques qu’elles encourent chaque jour pour gagner leur vie.

    Violeta and Vyollca Dukai live in southern Kosovo, near the border with Albania. In response to the high rates of unemployment in their country since the end of the war, the two sisters have become mine-clearers. Every day for the last six years, they have set off for the minefields. Thanks to the unique, very strong relationship between them, they are able to overcome their fear and retain their optimism despite the precariousness of their situation and the risks they have to run every day just to earn their living.

    DU SANG SUR LA GLACE
    de Mathieu Mauvernay
    France - 2006 - 26’
    L’équipe du Sea Sheperd suit les bateaux de pêche canadien au large des Îles de la Madeleine afin d’empêcher le massacre des phoques encouragé par le Ministère de la Pêche canadien.

    The Sea Shepherd team follows Canadian fishing boats off the coast of the Madeleine islands to prevent the massacre of seals encouraged by the Canadian Ministry of Fishing.

    L’EAU DU DIABLE - The Devil’s Water
    de Amirul Arham
    France - 2005 - 52’
    Chaque jour 75 millions de personnes au Bangladesh et dans l’État du Bengale consomment de l’eau contaminée par l’arsenic. Dans ce qui a été appelé le plus important empoisonnement de masse de l’histoire humaine, l’OMS estime que l’étendue du coût humain dépasse maintenant ceux de Bhopal et de Tchernobyl réunis. Des millions de pauvres continuent de souffrir en silence, mourant doucement de divers cancers et d’autres complications. Le film L’eau du Diable raconte l’histoire de trois jeunes femmes dont les vies ont été douloureusement affectées par l’empoisonnement par l’arsenic, le film montre comment elles sont affectées par cette tragédie avec en toile de fond les scientifiques qui examinent les causes et les effets de cette contamination de l’eau par l’arsenic et qui s’efforcent d’y apporter des solutions.

    Every day, 75 million people in Bangladesh and the State of Bengal consume water contaminated by arsenic. In what has already been described as the largest mass poisoning in human history, the World Health Organization believes that the human cost now exceeds in scale the Bhopal and Chernobyl disasters combined. Millions of poor people continue to suffer in silence, dying little by little of cancers and other complications. The film The Devil’s Water recounts the story of three young women whose lives bear the stigmata of arsenic poisoning. The film shows how they have been affected by this tragedy, with, as a backdrop, the words of the scientists who are examining the causes and effects of this contamination of water by arsenic and trying to find solutions.

    EAUX DE VIE - Touched by water
    de Tamàs Wormser
    Canada - 2006 - 45’36’’
    À travers un voyage dans 13 pays, ce documentaire présente les rituels du bain et leurs énormes différences. Des termes antiques aux spas de l’élite européenne, des hammams turcs et bains dans le Gange aux piscines high-tech multimédias, le film explore la signification cachée derrière l’acte simple et universel du bain. Il illustre notre relation complexe avec l’eau, son plaisir sensuel et son renouveau spirituel.

    This special film travels to 13 countries to feature the enormous variations of bathing rituals. From ancient Roman baths to elite European spas, from Turkish hammams and the Ganges to a high-tech multimedia pool, the film explores the hidden meaning behind the simple and universal act of bathing. The film conveys our complex relationship

    annulé et remplacé par :

    GREENPEACE: OPERATION PLUTONIUM
    Programmation exceptionnelle Hors Compétition
    d’Eric Gueret
    France – 2005 – 52’

    Novembre 2004. Aux bureaux parisiens de Greenpeace, la nouvelle fait l'effet d'une bombe: deux bateaux chargés de 140 kg de plutonium américain naviguent, discrètement, vers la France. Le groupe français Areva-Cogema doit recycler ce plutonium, d'origine militaire, en MOX, un combustible pour réacteurs nucléaires civils. Les deux navires transportent l'équivalent de 30 bombes atomiques. Le chargement doit arriver à l'arsenal militaire de Cherbourg. Il sera ensuite transporté sur plus de 1000km à travers la France jusqu'à l'usine de Cadarache. Greenpeace a décidé de frapper fort.

    November 2004. At Greenpeace's Paris offices, the news explodes like a bomb: two ships laden with 140 kg of American plutonium are discreetly sailing towards France. The French group Areva-Cogemais supposed to recycle this plutonium, of military origin, into MOX, a fuel for civil nuclear reactors. The two ships are carrying the equivalent of 30 atomic bombs. The shipment is supposed to arrive at the Cherbourg military arsenal and will then be transported over 1000 km across France to the Cadarache plant. Greenpeacedecides to react, firmly!

    H2O UP FOR SALE: THE PRIVATIZATION OF A HUMAN NECESSITY
    Wasser Unterm Hammer

    de Leslie Franke et Hermann Lorenz
    Allemagne - 2005 - 58’ - VOSTF
    Alors que les communautés européennes s’endettent de plus en plus, la privatisation du «liquide de vie» se rapproche inévitablement. Le film H2O Up For Sale, s’appuyant en arrière plan sur les longues expériences anglaises, montre comment se fait la privatisation de l’or bleu dans différentes villes allemandes. Les résultats sont partout les mêmes : des milliers d’emplois ont été supprimés, les coûts ont été bridés, les investissements réduits, et les prix ont grimpés. Uniquement pour le profit, aux dépends de la qualité de l’eau ?

    As European communities sink further into debt and the EU pushes toward liberalization, privatization of the “liquid of life“ inevitably moves closer. The film H2O Up For Sale follows the privatization of water in a number of German cities, against the backdrop of the long history of privatization of this resource in the United Kingdom. Everywhere, the consequences are the same: prices continue to rise, thousands of jobs are lost, costs and investment cut... all for profit, at the expense of water quality.

    LA MAISON DE MR JIANG - Last House Standing
    de Chao Gan et Zi Liang
    Chine - 2006 - 52’ - VOSTF
    Dans quelques mois, la vieille maison de Mr Jiang doit être démolie pour faire place à un nouvel ensemble de buildings modernes. Mais il a vécu toute sa vie dans cette maison au coeur de Shanghai et refuse de partir. Une journaliste de Pékin s’installe chez lui et tente de comprendre les raisons profondes de sa résistance. Va t-elle le convaincre de partir, ou va t-il lui faire comprendre qu’il y a des moments où il faut se soumettre aux traditions ? Un film surprenant, au coeur des préoccupations d’une Chine en marche forcée vers une modernité à peine maîtrisée...

    In a few months, Mr. Jiang’s old house has to be demolished to make room for a whole complex of modern buildings. However, he has lived all his life in this house in the heart of Shanghai and refuses to leave. A Beijing journalist moves in with him to try and understand the deep-seated reasons for his resistance. Will she convince him to leave or will he be able to make her understand that there are moments when tradition has to be respected? A surprising film that gives an insight into the problems of a country on a forced march towards a barely managed modernity.

    MOURIR D’AMIANTE
    de Brigitte Chevet
    France - 2005 - 52’
    Nous savons tous aujourd’hui que l’amiante est un produit dangereux et insidieux. Pourtant, on a utilisé cet «or blanc» pendant des années. Massivement ! 100 000 morts à l’horizon 2015, rien qu’en France ! 500 000 en Europe ! Ces chiffres, que l’on murmure sans trop y croire, reviennent de plus en plus souvent. Pour rendre compte de ce scandale sanitaire, Brigitte Chevet a pris comme fil conducteur de la Société Eternit, un des principaux fabricants de fibre français. Autour de ses usines, les victimes de l’or blanc sont nombreuses, leur désarroi incommensurable.

    Today, everyone knows that asbestos is an insidious and hazardous product. And yet, the “white gold” was used for years, everywhere! 100,000 deaths looking to 2015, in France alone! 500,000 in Europe! These figures that everyone repeats without quite believing them are increasingly in the news. To take full measure of this health scandal, Brigitte Chevet uses as guiding thread the Eternit company, one of the main manufacturers of asbestos in France. Around its production plants, there are many victims of asbestos – their distress is almost impossible to imagine.

    NO MORE DEAD SEASON - Wala Nang Tiempos Muertos
    de Boyette Rimban
    Philippines - 2006 - 33’33” - VOSTF
    Le documentaire No More Dead Season témoigne des souffrances des employés dans l’industrie du sucre aux Philippines, sur la Negros Island, et de leur lutte pour vaincre la pauvreté, via la propriété collective des terres, l’agriculture durable et le commerce équitable.

    No More Dead Season is a documentary that looks at the plight of sugar workers in Negros Island in the Philippines and their struggle to overcome poverty through collective land ownership, sustainable farming and fair trade.

    annulé et remplace par :
    3 COURTS METRAGES POUR LE COMMERCE EQUITABLE
    Programmation exceptionnelle Hors Compétition

    PABLO, MON PERE ET MOI
    de Stéphanie Tchou Cotta
    France – 2005 – 3’
    Avec : François Berléand, Céline Millat-Baumgartner

    Un père et sa fille prennent un café. Devant l'attitude ectoplasmique de sa progéniture, l'ex soixante-huitard s'agace: à son âge, lui, avait des envies, des idées, il voulait changer le monde...! Pas dégonflée la digne fille de son père va lui expliquer comment elle, elle change le monde en mangeant du chocolat.

    No More Dead Season is a documentary that looks at the plight of sugar workers in Negros Island in the Philippines and their struggle to overcome poverty through collective land ownership, sustainable farming and fair trade.

    LE CADDY « MARAKANI »
    de Kourtrajmé
    France – 2005 – 3’
    Avec : Vincent Cassel, Clément Landrieu, Ladj Ly…

    Un client fait ses courses dans un supermarché et choisit des produits exclusivement issus du commerce équitable. A la caisse, un mode paiement un peu différent va l'emmener très loin. Grâce à la rencontre de Katcho, un producteur malien de coton, il va découvrir l'impact réel de ses achats de tous les jours.

    A customer is doing his shopping in a supermarket, choosing only fair trade products. At the checkout, a slightly different means of payment will take him far away. Thanks to his meeting with Katcho, a Malian cotton farmer, he will discover the real impact of his everyday shopping.

    MANGE TA BANANE !
    de Jeanne Biras
    France – 2005 – 3’
    Avec : Romane Bohringer, Laure Meilhan…

    Chloé, comme beaucoup de petites filles de sept ans n'entend pas la possibilité de prendre autre chose que des gâteaux au goûter. Sa mère va lui vanter les bienfaits de la banane équitable, pour elle comme pour les autres enfants de l'autre bout du monde. Mais ça veut dire quoi qui table?

    Chloë, like a lot of 7-year old girls, doesn't want to know that you can eat something other than biscuits for afternoon tea. Her mother is keen to explain the benefits of fair-trade bananas, for her and for other children on the other side of the world. But what does fairy trade mean?

    L’ODYSSÉE SIBÉRIENNE
    de Nicolas Vanier et Thomas Bounoure
    France - 2006 - 90’
    La Sibérie ; une terre mythique entre toutes que Nicolas Vanier et son attelage de chien de traîneau se propose de traverser depuis Irkutsk sur les bords du lac Baïkal jusqu’à la place de Moscou ! Un périple de plus de huit mille kilomètres à travers les montagnes, la toundra et la Taïga Sibérienne.

    Siberia, a legendary land which Nicolas Vanier and his team of huskies plan to cross from Irkutsk on the shores of Lake Baikal to the middle of Moscow! An odyssey of over eight thousand kilometers through mountains, tundra and the Siberian taiga.

    PANTA REÏ - Everything Flows
    de Nisvet Hrustic
    Bosnie Herzégovine - 2005 - 20’
    Ibrahim et Amra Hrustic jouent avec insouciance alors que les saisons se succèdent. Ils cueillent des fleurs, regardent leurs arbres préférés et suivent le même chemin. Ils se réjouissent lorsqu’ils voient la venue du printemps, de l’été, de l’automne et de l’hiver. Mais à la fin de la saison, ils se sentent tristes. Les abeilles et les papillons volettent devant eux, on tond l’herbe, fait des confitures et les dernières feuilles s’envolent des rameaux. Quand arrive l’hiver, ils jouent dans la neige et font un bonhomme de neige. Mais ils s’aperçoivent soudain qu’on est en train d’abattre leur arbre préféré. Le bonhomme de neige fond, l’imagination s’éloigne de la réalité et il y a du printemps dans l’air...

    Ibrahim and Amra Hrustic play without a care as the seasons follow each other. They pick flowers, admire their favorite trees and play on the same path. They are happy when they see the arrival of spring, summer, autumn and winter. But at the end of the season, they feel sad. Bees and butterflies flutter in the air, people are mowing the grass and making jam and the last leaves fall from the trees. When winter arrives, they play in the snow and make a snowman. But suddenly they realize that their favorite tree is being cut down. The snowman melts, imagination leaps free of reality and spring is in the air.http://www.nisvet-hrustic.com/

    POISONS D’INTÉRIEUR
    de Sébastien Vibert et Marie-Pierre Cassignard
    France - 2005 - 25’
    En mai 2003, quand les militants de Greenpeace passent l’aspirateur dans 16 foyers français, ils découvrent la présence de nombreux produits chimiques toxiques. En avril 2004, quand les militants du WWF font une prise de sang à Serge Le Pelletier, ministre français de l’environnement, ils y décèlent 37 substances synthétiques. En novembre 2004, quand les ingénieurs du magazine Que choisir rendent publics les résultats de leurs essais sur les parfums d’intérieur, ils révèlent de fortes émissions de substances cancérigènes. Sachant que nous passons en moyenne 90% de notre temps à la maison, au bureau, à l’école, se posent alors plusieurs questions : quel air respirons-nous donc à l’intérieur de nos bâtiments ? Quelles substances chimiques émanent des produits de tous les jours ?

    In May 2003, when Greenpeace activists used a vacuum cleaner in 16 French homes, they discovered the presence of numerous toxic chemical products. In April 2004, when WWF activists took a blood sample from Serge Le Pelletier, French Minister for the Environment, they detected 37 synthetic substances. In November 2004, when engineers from Que Choisir magazine published the results of their tests on household fragrances, they revealed that these products emit high levels of carcinogenic substances. Given that we spend on average 90 % of our time at home, in the office or at school, a number of questions arise, such as: what kind of air are we breathing inside our buildings? What chemical substances are released by everyday products?

    LES RÉFUGIÉS DE LA PLANÈTE BLEUE
    de Jean-Philippe Duval et Hélène Choquette
    Canada/France - 2005 - 52’ - VOSTF
    Un agriculteur canadien, un pêcheur des îles Maldives et un paysan brésilien. Ils vivent aux antipodes les uns des autres, ne partagent pas le même contexte socioéconomique et pourtant, ils sont victimes d’un même drame : celui de 25 millions d’êtres humains déplacés pour cause environnementale. Chassés de leurs terres par un gaz toxique lié à l’exploitation pétrolière, par la montée des eaux due au réchauffement climatique ou par la culture intensive de l’eucalyptus pour satisfaire la raison économique. Terres dangereuses, englouties ou stériles. Bien qu’ils soient déjà plus nombreux que les réfugiés politiques, on reconnaît à peine l’existence de ces réfugiés écologiques qui pourraient bien atteindre le milliard d’ici 2050.

    A Canadian farmer, a fisherman from the Maldives and a Brazilian peasant farmer – they live very far from each other and in very different socio-economic circumstances but are all victims of the same dramatic situation, that of the 25 million human beings displaced by environmental causes. Expelled from their land by toxic gas from oil production, rising waters due to global warming or intensive cultivation of the eucalyptus tree for economic reasons. Toxic, drowned or sterile land – although greater in number than political refugees, the existence of these ecological refugees is barely recognized, despite the fact that their numbers could rise to one billion by 2050.

    RIVAGES : L’ESTUAIRE DE LA SEINE, AU CHEVET DU MALADE
    Auteurs : Christophe Muel et Philippe Muller
    de Christophe Muel

    France - 2005 - 26’
    Parce qu’il rassemble des conditions et des milieux naturels dont la combinaison est d’une grande richesse biologique, l’estuaire de la Seine est un passage obligé pour une faune d’une densité unique. Pourtant, le fleuve a été largement aménagé au mépris de ce fragile équilibre, et les rejets polluants issus des activités industrielles ou agricoles menacent cet estuaire déjà très dégradé ? A l’heure où l’entrée en fonction d’un projet industriel de grande ampleur, Port 2000, est imminente, il est temps de s’interroger sur l’avenir qu’on réserve à ce littoral fragilisé. Face aux propositions émises afin de préserver le rôle biologique essentiel de cet estuaire, c’est la maîtrise du développement industriel et de ses pollutions qui est posée.

    Because it brings together conditions and natural milieus that together offer great biological diversity, the Seine estuary is an indispensable point of passage for a huge number of animal species. However, the river has been developed without taking into account this delicate equilibrium and the pollution from industrial or farming activities threaten an already very fragile estuary. Now that a large-scale industrial project, Port 2000, is about to start operation, it is time to ask questions about the future of the vulnerable area along the riverbanks. Behind the proposals put forward to preserve the essential biological role of the estuary lies the whole question of industrial development and the resulting pollution.

    LE SOLEIL ET LA MORT - TCHERNOBYL ET APRÈS...
    de Bernard Debord
    France - 2006 - 82’
    Le 26 avril 1986, une explosion nucléaire dégagea un nuage toxique à Tchernobyl dans le nord de l’Ukraine. Les jours suivants, celui-ci déversa 70 % de sa charge en radionucléides sur le territoire de la Biélorussie, distant de 7 Kms de la centrale. Le monde l’ignore, tout comme il a oublié que le nuage fit en une semaine le tour de l’hémisphère nord y déversant le reste de ses dépôts mortels. Depuis, vingt ans se sont écoulés, et la Biélorussie, théâtre unique de ce film, est accablée par l’ingestion sur le long terme de petites doses de radioactivité. L’ambition de ce film est de témoigner du processus de mort lente, de révéler l’imminence de la catastrophe génétique, de dénouer les fils de la conspiration internationale du silence, qui accablent ce pays. Et d’alerter le monde quant au danger que cette désinformation organisée fait planer sur son immédiat futur.

    On 26 April 1986, a nuclear explosion released a toxic cloud in Chernobyl in northern Ukraine. During the next few days, it deposited 70% of the radionucleids it carried over the territory of Byelorussia, 7 km from the power station. The world ignores it, just as it has forgotten that in one week the cloud traveled right over the northern hemisphere, releasing the rest of its mortal deposits. Now, 20 years later, Byelorussia, where this film is set, is suffering from the ingestion, over the longer term, of small doses of radioactivity. The goal of this film is to show the process of slow death, reveal the coming genetic disaster and untangle the threads of the international conspiracy of silence that is overwhelming the country. And to alert the world of the dangers for its immediate future of this campaign of disinformation.

    THE LORE OF LOVE
    de Beck Cole
    Australie - 2005 - 25’ - VOSTF
    Jessie Bartlett s’embarque dans un voyage incroyable pour retrouver le pays de ses grand-mères, le Pintubi, où elle va découvrir les traditions amoureuses de ses origines. Ce documentaire de 25 minutes explore la relation entre Jessie, une jeune fille timide de 18 ans et ses trois grand-mères chaleureuses et espiègles.

    Jessie Bartlett is about to take you on an incredible journey back to her Pintubi grandmothers’ homelands where she will learn about the lore of love: traditional way. This half hour documentary explores the relationship between Jessie, a shy 18 year old girl, and her outgoing and mischievous grandmothers Mijili, Nancy and Kumanjayi.

    VIVE LES VACANCES
    de Alain Pitten
    France - 2003 - 52’ - VOSTF
    Vietnam : un pays émergent où l’on travaille beaucoup en raison d’une main d’oeuvre bon marché. Dans une usine de fabrication de sacs dédiés à l’exportation, les 300 ouvrières attendent leurs 4 jours de vacances. Le carnet de commande de l’usine n’en finit pas de se remplir. Les 300 ouvrières n’auront jamais leurs 4 jours de congés. Au quotidien, nous partageons la vie de ces ouvrières, dans leur usine et chez elles. Elles racontent leur souffrance. Mais ont-elles le choix ? Elles se posent souvent la question...

    Vietnam: an emerging country whose low labour costs keep the factories humming. In one of these factories that manufactures bags for export, the 300 female workers eagerly await their four-day holiday. The factory’s order book is continually replenished. The 300 workers will never manage to obtain their four days off. We shared the everyday lives of these workers, at the factory and in their homes. They tell of their sufferings. But do they have a choice? This is the question they often ask themselves.